Olivier Dartevelle

Né dans les Vosges, Olivier Dartevelle a étudié la musique à Remiremont, sa ville natale, puis à Nancy avant de rejoindre le Conservatoire National Supérieur de Paris dans la classe de Guy Deplus tout en poursuivant une formation universitaire à Strasbourg.

Nanti des premiers prix d’usage, il participe à divers concours internationaux et décroche un prix au concours international, Printemps de Prague.

Clarinette premier soliste de l’orchestre Philharmonique du Luxembourg depuis 1980, Olivier Dartevelle a à son actif de nombreux concerts tant comme soliste que chambriste tout en poursuivant parallèlement une activité de pédagogue, tant au Conservatoire national de région de Nancy qu’au Conservatoire de la ville de Luxembourg,

Olivier Dartevelle a joué ou enregistré les plus importants concerts du répertoire avec des chefs tels que Philippe Herreweghe, Léopold Hager, Carl Davis, David Shallon, Emmanuel Krivine.

De 2004 à 20011, il est directeur artistique du festival « Balades musicales en Vosges » .

Ses enregistrements radio ou TV sont nombreux et sa discographie comporte des œuvres de Mozart (SEL), Martinu (Timpani), Müller (Talent), Reinecke (Naxos), Pierné (Timpani). En 2010 est sortie une monographie de ses œuvres pour hautbois où il tient lui-même la partie de piano et un disque de trio d’anches consacré à la musique française. En 2012, il grave la Rhapsodie de Debussy avec l’OPL et Emmanuel Krivine et sort la même année le concerto « Metamorphosis » du compositeur japonais Hosokawa pour le label Neos.

Deux nouveaux CD sortis récemment  complètent la collection avec notamment les sonates pour clarinette et harpe de Xavier Lefèvre.

Se sentant à l’étroit dans un unique rôle d’interprète et désireux de diversifier ses activités afin de conserver un plaisir musical nécessaire, Olivier Dartevelle se sert au milieu des années 90 de sa formation de pianiste pour se tourner vers la composition ; son esthétique est libre de toute chapelle et de toute mode. Sa musique, en général très rythmique, n’en oublie pas moins l’expression et le style. Pour lui, l’élégance musicale compte plus que la nature du langage choisi. En 2004, il dirige une série de concerts remarqués de l’Histoire du soldat de Stravinsky.  Il écrit une partition sur  les “Trois messes basses” d’Alphonse Daudet qui obtient un vif succès avec l’orchestre de Bretagne et François Castang comme récitant. Réinvité pour 2004, il écrit une œuvre pour cette formation autour des fables de La Fontaine. Citons aussi, « La création des sapins » d’après un conte franc-comtois ou «  La renaissance du professeur Vatel » destinée aux jeunes musiciens et créée à l’occasion d’une résidence. Cela lui permet de mêler théâtre, littérature et musique.
Ses œuvres (presque 100 opus à ce jour) couvrent aussi le domaine de la musique de chambre, de la mélodie, de la musique pour piano, de l’orchestre et de l’ensemble instrumental, formation souple qui permet notamment le rapprochement avec le théâtre ou la diction.
Il s’investit aussi beaucoup dans la création de partitions pour le cinéma muet. Le Jeanne d’Arc de De Gastynes a été joué notamment à Domremy, village natal de Jeanne d’Arc. Citons, en collaboration avec la cinémathèque et l’orchestre philharmonique du Luxembourg, la petite parade de Starewitch, un spectacle autour des films forains avec orchestre, la glace à trois faces de Jean Epstein pour l’ensemble « Pyramide » de Zürich, ainsi que des improvisations au piano (Fièvres de Louis Delluc dans sa ville natale Cadouin). Il travaille aussi à un nouveau spectacle orchestral autour de Harold Lloyd.